> Deux Montalbanais

Rebaptisé MIB, le Musée Ingres Bourdelle de Montauban a rouvert ses portes en décembre dernier, après trois ans de travaux. Il est dès aujourd’hui de nouveau accessible au public, chaque week-end et jour férié. Visite guidée.

Deux mois après la fermeture au public de tous les lieux culturels, les musées sont les premiers établissements à rouvrir leur portes durant cette période de déconfinement. Le Musée Ingres Bourdelle de Montauban est ainsi l’un des premiers de la région à accueillir de nouveau les visiteurs. Dans le respect des recommandations gouvernementales, cette réouverture sécurisée est pour le moment partielle, puisque deux salles sont encore inaccessibles au public, et elle est limitée aux week-ends et jours fériés durant le mois de mai — l’établissement sera également ouvert le vendredi 21 mai, à l’occasion du week-end de l’Ascension. La réouverture complète du musée est espérée pour le 15 juillet. Les expositions temporaires en cours sont encore visibles jusqu’au premier week-end de juin.

L’une des quatre expositions temporaires actuellement présentées au Musée Ingres Bourdelle retrace l’histoire du bâtiment qui abrite aujourd’hui à Montauban l’unique musée au monde consacré à Ingres. De la fondation de la ville en 1144 jusqu’à nos jours, les œuvres et documents exposés dévoilent la construction du palais épiscopal au XVIIè siècle, à l’emplacement du château comtal édifié cinq siècles plus tôt. Avec la fin de l’Ancien régime, la bâtisse devient Hôtel de ville, puis école de dessin, et enfin musée dédié au peintre montalbanais Jean-Auguste-Dominique Ingres, qui fut l’élève de David à Paris et reçut le prix de Rome en 1801. Disposant de la plus vaste collection au monde de dessins d’Ingres (4 507 pièces), le musée porte son nom à la suite de l’important legs du maître, en 1867.

Fermé pendant trois ans, l’édifice est de nouveau ouvert au public depuis le mois de décembre. Agrandi, modernisé, digitalisé et entièrement restructuré, le musée se déploie aujourd’hui sur 2 700 m2, soit 30 % de surface supplémentaire accessible au public, avec une nouvelle muséographie apportant davantage de fluidité dans le cheminement d’une salle à l’autre. Des espaces ont été aménagés pour accueillir les expositions temporaires, qui sont actuellement au nombre de quatre ! L’une d’elle plonge le visiteur dans « L’atelier d’Ingres » : les plus beaux dessins du fonds du musée y sont exposés en regard d’objets provenant des collections personnelles de l’artiste. Ce parcours, où sont rassemblées différentes techniques, laisse entrevoir l’immense place qu’Ingres accordait au trait dessiné dans sa conception esthétique.

Les trésors du musée sont installés dans les salles du premier étage qui présentent l’œuvre d’Ingres. On peut y admirer les grandes compositions révélant l’influence de l’Antiquité et de Raphaël sur son art, et y contempler des pièces de jeunesse, réalisées dans l’atelier de David ou à l’Académie de France à Rome dont il fut pensionnaire. La longue carrière de l’artiste est également évoquée par quelques études peintes, et par de célèbres portraits comme celui de Madame Gonse (photo) — que certains autochtones qualifient de « Joconde de Montauban ». Les travaux de plusieurs élèves du maître sont ensuite exhibés, et un hommage est rendu à Armand Cambon. Peintre et ami d’Ingres, ce collectionneur passionné d’Orient fut surtout le premier directeur du musée de Montauban, ouvert au début du XIXè siècle.

Rebaptisé aujourd’hui Musée Ingres Bourdelle, il accorde désormais une large place à l’œuvre d’Antoine Bourdelle, célèbre sculpteur montalbanais, né en 1861. Le musée détient en effet plus de 70 sculptures et 90 dessins et aquarelles illustrant toutes les périodes de l’élève et praticien de Rodin — soit la plus importante collection d’œuvres de l’artiste en région. Enfin, intitulée « Constellation Ingres Bourdelle », une exposition temporaire conçue autour des deux noms rassemble 33 pièces choisies dans les collections nationales de prestigieuses institutions : Musée du Louvre, Musée d’Orsay, Musée Picasso, Musée Bourdelle, Musée Rodin, Centre Pompidou, etc. Ingres y dialogue avec ses élèves, mais aussi avec ses héritiers, sages ou impertinents, de Picasso à Martial Raysse. Quant aux œuvres de Bourdelle, elles sont confrontées à celles de Rodin, et la présence de peintures d’Edgard Degas et de Maurice Denis illustre le contexte de la création artistique de cette époque…

> Jérôme Gac

  • Expositions, samedis et dimanches, jeudi 21 et vendredi 22 mai, de 10h00 à 19h00 : « Dans l’atelier d’Ingres », « Un site très convoité, du château comtal au musée du XXIè siècle », « Constellation Ingres Bourdelle », jusqu’au 7 juin ;

“L’œil de la machine”, œuvre de réalité virtuelle générative et interactive de Miguel Chevalier, jusqu’au 15 décembre.

  • Musée Ingres Bourdelle : 19, rue de l’Hôtel-de-Ville à Montauban, 05 63 22 12 91