> Retrouvailles en musique

L’Orchestre national du Capitole de Toulouse invite le violoniste Renaud Capuçon et les pianistes Bertrand Chamayou et David Fray, pour trois concerts exceptionnels en public, à la Halle aux Grains.

En raison de la crise sanitaire, l’Orchestre national du Capitole de Toulouse a été contraint d’annuler les derniers concerts de sa saison symphonique en cours. Les musiciens retrouveront pourtant la Halle aux Grains avant la trêve estivale, le temps de trois soirées exceptionnelles en compagnie du public toulousain. Diffusés ultérieurement sur différentes chaînes de télévisions (France 3 Occitanie, Mezzo, ViàOccitanie), ces concerts à la jauge limitée sont accessibles sur invitation et obéissent aux règles sanitaires en vigueur. Ils sont avant tout destinés aux spectateurs ayant renoncé au remboursement de leurs billets suite à l’annulation des concerts, ainsi qu’au personnel soignant mobilisé par l’épidémie.

La Halle aux Grains accueille pour l’occasion de brillants musiciens français qui sont de fidèles invités de la phalange toulousaine. Lors du premier concert, le violoniste Renaud Capuçon interprètera ainsi des concertos de Johann Sebastian Bach, et le pianiste David Fray est attendu pour le dernier concert. Celui-ci se produira aux côtés d’Audrey Vigoureux, Emmanuel Christien et Jacques Rouvier pour donner à entendre des concertos pour plusieurs claviers du même compositeur.

Les quatre pianistes ont récemment enregistré ces œuvres avec l’Ensemble à cordes de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, un disque qui comprend l’intégrale des concertos de Johann Sebastian Bach pour deux, trois et quatre claviers — à l’exception du Triple concerto. De structures identiques (un mouvement lent encadré par deux mouvements vifs), ces pièces pour claviers et cordes ont été transcrites par le compositeur d’après des pièces concertantes qu’il avait écrites pour le violon, notamment, et même, en ce qui concerne le Concerto pour quatre claviers, d’après un célèbre concerto pour quatre violons d’Antonio Vivaldi.

Directeur musical de l’ONCT, Tugan Sokhiev (photo) dirigera le programme du 26 juin, avec notamment la Quatrième symphonie de Felix Mendelssohn, œuvre solaire, baignée des souvenirs ramenés d’Italie par le compositeur. On entendra également ce soir-là le Concerto en sol majeur de Maurice Ravel, joué par le pianiste toulousain Bertrand Chamayou.

Comme le Concerto pour la main gauche, le Concerto en sol, écrit en 1931, est empreint d’humour et de jazz. Il s’agit, selon le compositeur, d’« un concerto dans le sens le plus exact du terme, je veux dire qu’il est écrit exactement dans le même esprit que ceux de Mozart et de Saint-Saëns. À mon avis, la musique d’un concerto peut être gaie et brillante et il n’est pas nécessaire qu’elle prétende à la profondeur ou qu’elle vise à des effets dramatiques. […] Le Concerto pour la main gauche est d’un caractère assez différent et en seul mouvement, avec beaucoup d’effets de jazz. Dans une œuvre de ce genre, l’essentiel est de donner non pas l’impression d’un tissu sonore léger mais celle d’une partie écrite pour les deux mains. Aussi ai-je eu recours à un style beaucoup plus proche de celui, volontiers imposant, qu’affecte le concerto traditionnel ».

> Jérôme Gac

  • Orchestre national du Capitole de Toulouse, vendredi 19 et vendredi 26 juin, le vendredi 2 juillet, 20h00, à la Halle aux Grains (place Dupuy à Toulouse),
  • CD : Bach concertos for 2, 3 & 4 pianos (Erato, 2018)